FR DE
Echanges

„Archi-Kultur“, échange franco-allemand-polonais pour jeunes en formation professionnelle en paysagisme

By 9 octobre 2019 No Comments

par Ekber Öztürk

Je m’appelle Ekber, je viens de Turquie, je suis volontaire européen dans le cadre du programme Eurpean Solidarity Corps au CFB et j’ai participé à ce projet. J’aimerais partager mon expérience avec vous. Le premier jour du projet, nous étions 33 étrangers venus de 3 pays différents, et nous nous apprêtions à vivre une semaine en collectivité. Mais chaque chose positive apporte ses complications, et nous avions une barrière linguistique à franchir, des habitudes différentes et un programme chargé.

Nous venions d’Allemagne, de France et de Pologne, et étudiions à la Peter-Lenné-Schule, au Lycée Kerbernez et à ZSCKR Nowosielce.

Le premier après-midi, nous avons fait un rallye dans la ville de Berlin. Chaque groupe avait des missions à accomplir, c’était une bonne manière de découvrir la ville sous différents angles. Nous avons eu l’opportunité de découvrir le paysage et différents lieux. Même si j’avais déjà visité ces lieux, avec nos missions et les questions qu’on nous avait données, j’ai eu l’impression de redécouvrir cette ville et ses habitants.

Nous avons commencé avec l’animation linguistique, qui nous a aidés à mieux communiquer. Nous y avons appris de nouveaux mots et expressions dans les trois langues. Et plus nous faisions ces animations, plus nous avions envie de nous apprendre les uns aux autres des mots de nos propres langues. Mais pour être honnête, au début, il était difficile d’apprécier ces animations linguistiques à leur juste valeur, parce qu’elles semblaient trop faciles.

Il était aussi très intéressant d’en savoir plus sur nos systèmes scolaires respectifs. Nous avons eu une activité pendant laquelle nous avons présenté les manières d’étudier et de pratiquer le paysagisme en France, en Pologne et en Allemagne.

Dans la forêt de Spandau, nous avons fabriqué des structures pour nourrir les cerfs, appris comment retirer l’écorce des arbres et comment faire des abris pour les chèvres, et beaucoup d’autres choses. Les personnes qui s’occupent de la forêt de Spandau sont restées avec nous tout au long de ces activités. Ils étaient vraiment passionnés par leur travail et nous ont beaucoup aidés à apprendre de nouvelles techniques. Certaines étaient très différentes de ce  que nous faisons dans nos écoles. Mais c’était une bonne expérience de construire des choses dans la forêt avec le matériel que cette même forêt nous mettait à disposition. C’était aussi amusant de faire des animations avec les membres de la forêt de Spandau.

Après deux longs jours dans la forêt, voir le rendu de ce que nous avions construits tous ensemble m’a rendu fier de faire partie de l’équipe. A la fin de la deuxième journée en forêt, nous sommes allés à Plötzensee, tout près de notre auberge, pour profiter de notre après-midi libre.

Ensemble, on a joué au foot, au ping-pong et à d’autres jeux, et nous avons pu nous baigner dans le lac. Le fait que l’après-midi libre arrive à ce moment-là du séjour était un point fort, ça nous a donné le temps de prendre la mesure de tout ce que nous avions appris et de toutes les animations que nous avions suivies, et de prendre du temps pour nous.

Ce moment passé ensemble, à s’amuser et à jouer à différents jeux, m’a rappelé le premier jour à Berlin. Nous étions alors des étrangers, nous ne pouvions communiquer les uns avec les autres,  les activités étaient difficiles et parfois ennuyeuses, et en fin de compte, nous étions là à nous amuser ensemble. Il était aussi appréciable d’avoir cette dernière soirée pour nous, pour danser n’importe comment et discuter les uns avec les autres toute la nuit, avant que certains de nos amis ne repartent chez eux le soir-même. J’ai pris conscience que pendant cette semaine d’échange, d’étrangers, nous étions devenus des amis.

En prenant du recul sur cette semaine d’échange, je me suis rendu compte qu’il y a plus d’une manière d’apprendre et de faire les choses. Dans la forêt de Spandau, nous avons construit des choses dont nous n’avions pas l’habitude, et pendant la semaine nous avons participé à des activités et pris le temps de réfléchir sur nos cultures respectives ; et en fin de compte, cela nous a simplement rapprochés et nous a permis de réfléchir sous de nouvelles perspectives.


Organisé par le Centre Français de Berlin, GwenniliZSCKR NowosielceLycée de Kerbernez et Peter-Lenné-Schule.

Merci à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse pour le soutien financier.

X
X